am50

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

Aide mémoire 50

Editorial Le rapport que les médias entretiennent avec la souffrance et la mort

Jamin, Jérôme
n°50, octobre-décembre 2009


am50Le rapport que les médias entretiennent avec la souffrance et la mort ressemble dramatiquement à celui qu'ils entretiennent avec toutes sortes de faits divers, le sport, la météo et les chiffres du chômage. On ne voit pas de différence. Les gens qui sont en grande souffrance chez nous ou ailleurs apparaissent à la télévision comme autant d'images expéditives et déshumanisées, noyées dans un ensemble de faits et de commentaires tellement nombreux qu'il n'est parfois plus possible de se souvenir de quelque chose de concret et d'intelligible après le journal. La mort qui est pourtant omniprésente dans les journaux télévisés passe « comme une lettre à la poste », les chiffres qui se comptent souvent par milliers de décès ici ou là (tremblement de terre, massacre, attentat, etc.) rivalisent avec des images de gens, si pas déjà morts au moment de la prise de vue (immobiles et ensanglantés), souvent morts au moment de la diffusion du reportage le soir dans notre salon. La mort et la souffrance sont omniprésentes dans les JT, mais par le flux continu des images et des commentaires, elles passent comme une éphéméride, c'est-à-dire comme quelque chose qui finit par ne laisser aucune trace sur notre conscience, notre perception du monde, nos valeurs et notre façon de mener notre existence.

Ce qui précède ne vaut que très partiellement pour des reportages de qualité comme Envoyé Spécial sur France 2, il concerne en revanche tous les journaux belges et français qui passent quotidiennement entre 19h et 20h30. Ce qui précède vaut également et principalement pour les journaux de type « 12 minutes ». Comme leur titre l'indique, il faut ici « aller très vite », et si un JT normal exige 4 secondes pour illustrer des enfants malades qui vont mourir dans les heures ou les jours qui viennent, le « 12 minutes » ne peut donner que 2 secondes ou pire 2 secondes mais sans image : on entend alors cette voix lisse évoquer des drames humains d'envergure comme s'il s'agissait de commenter un match de football.

Lire la suite : Editorial Le rapport que les médias entretiennent avec la souffrance et la mort

Les Pays-Bas : un modèle populiste pour l'Europe?

Delahaye, Raphaela / Deleersnijder, Henri
n°50, octobre-décembre


am50 pays-bas_populisteJusqu'à une date relativement récente, les Pays-Bas se distinguaient par une tradition de grande tolérance en matière politique et, dans une large mesure, dans tout ce qui relevait de la liberté d'expression. Descartes, on s'en souvient, résida dans cette Hollande du XVIIe siècle qui lui offrait, plus grande que dans n'importe quelle autre contrée de l'époque, une autonomie de la pensée d'où sortira notamment son Discours de la méthode. Ce fut aussi, un peu plus tard, le pays de Spinoza, maître de liberté s'il en fut. Aujourd'hui encore, principalement dans les médias audiovisuels, les différentes composantes de la société néerlandaise – ou « piliers » – trouvent à s'exprimer librement, sans que cela ne pose de problème majeur. Les communautés ont toujours pacifiquement coexisté, signe patent de l'efficacité du verzuiling, concept de nature confessionnelle pouvant se traduire par « pilarisation », voire « régime de compartimentage ».

Mais voilà que, le 6 mai 2002, le leader populiste Pim Fortuyn se fait assassiner à la sortie d'un studio de radio à Hilversum, par un activiste de la cause animale. L'électrochoc fut énorme dans le pays: c'était la première fois depuis des siècles qu'un meurtre y était commis sur une personnalité politique. Cet homicide ne fit qu'aggraver une islamophobie que le dandy provocateur, qui venait de rafler 17 des 45 sièges au conseil municipal de Rotterdam au mois de mars précédent, avait contribué à installer et à entretenir, notamment par des déclarations tonitruantes du type « les Pays-Bas sont pleins ». Et le 4 novembre 2004, c'est le cinéaste Theo Van Gogh, auteur du film Submission où il dénonçait la violence faite aux femmes musulmanes, qui tombe sous les coups de couteau d'un Néerlando-Marocain intégriste: l'irruption à l'intérieur même du pays d'un terrorisme islamiste n'a évidemment rien arrangé en ce qui concerne les tensions intercommunautaires. D'autant plus que la députée libérale Ayaan Hirsi Ali, scénariste du film, fit l'objet de menaces islamistes, à la suite de quoi elle alla s'installer à Washington.

Lire la suite : Les Pays-Bas : un modèle populiste pour l'Europe?

Démocratie et Beauf-génération

Bachelet, Jean-François
n°50, octobre-décembre


am50 democratie_beaufDans l’absolu, des élections au suffrage universel devraient être la manifestation de l’effectivité de la démocratie, celle-ci étant communément promue comme le seul mode d’organisation politique garant des droits individuels et collectifs et, à travers ceux-ci, d’un socle de valeurs héritées des Lumières qui déterminent nos représentations du progrès, de la liberté, de l’égalité, de la tolérance … Campagne électorale et vote pourraient ainsi se lire comme de la démocratie en action, au même titre par exemple que des débats parlementaires s’il n’y avait pas une inexorable progression de l’abstention, d’hémicycles à moitié vides, de récupération des débats par les médias qui les transforment en événements et en arguments commerciaux ; s’il n’y avait pas non plus -a contrario- la pression d’impératifs financiers qui conduisent à subordonner l’actualité politique à l’actualité « pipole », aux sports et aux faits divers, à moins qu’il ne s’agisse de confusions sciemment entretenues tant par les journalistes que par les exigences de la communication politique elle-même ; s’il n’y avait pas enfin les sondages qui, à travers leur usage inconsidéré, pervertissent dangereusement le concept de transparence et d’objectivité dans l’information. Au bout du compte, on est en droit de se demander ce qu’il reste de la démocratie dans notre quotidien, hormis une belle idée. La question n’est pas ici de se prononcer sur le fait qu’il aurait existé un jour quelque part une démocratie parfaite, ni même que l’idée d’une parfaite démocratie est possible1. Tout au plus la lucidité commande-t-elle de se soumettre au cliché du choix démocratique par défaut puisqu’il s’agirait du moins mauvais des systèmes. Le tout est de ne pas tomber dans le piège qui consisterait à penser que la démocratie peut tout se permettre sous prétexte que, même médiocre, elle nous évite le pire, car le pire se nourrit, insidieusement, de la médiocrité de la démocratie, et il profite de sa faiblesse pour finalement l’abolir et s’y substituer.

Lire la suite : Démocratie et Beauf-génération

Rencontres politiques 2009-2010 aux Territoires de la Mémoire

Colombini, Déborah
n°50, octobre-décembre


am50 rencontres_politiquesEn mars dernier, en prévision des élections régionales et européennes, les Territoires de la Mémoire organisaient une semaine de rencontres entre jeunes « primo-votants » et personnalités politiques francophones des quatre partis dits traditionnels : PS, Ecolo, CDH, MR ; Jérôme Jamin, politologue à l’Université de Liège, avait alors enfilé le costume de modérateur. Les objectifs étaient clairement de permettre le dialogue entre jeunes et responsables politiques, d’appréhender la complexité du fonctionnement institutionnel et démocratique de notre pays, de confronter des points de vue différents dans le cadre d’un débat, de se forger une opinion, s’exprimer, écouter et argumenter, de conscientiser à l’importance de poser un choix, d’aller voter et, enfin, de donner une image plus « humaine », plus « accessible » des élus.

Bilan positif ! Avec un bémol…, tout de même : le regret, tant dans le chef des mandataires que des élèves et enseignants, de n’être sollicités pour ce type d’exercice que dans le cadre de campagnes électorales. Voilà pourquoi, pour répondre aux desiderata des uns et des autres, les Territoires de la Mémoire leur offrent, cette année encore, la possibilité de se rencontrer, de discuter, d’échanger.

Lire la suite : Rencontres politiques 2009-2010 aux Territoires de la Mémoire

« Voyages contre l’oubli » : à l’opposé d’un voyeurisme malsain, une véritable approche pédagogique

n°50, octobre-décembre

L’ASBL « Territoires de la Mémoire » et son service Projets proposent à ses partenaires l’organisation de « voyages contre l’oubli » vers certains lieux de mémoire. Ces voyages sont conçus non seulement pour répondre à la demande croissante des communes, villes, écoles, entreprises ou autres qui souhaitent organiser ce type de voyage, mais également pour assurer la continuité du travail de mémoire à l’heure où les témoins directs sont de moins en moins en mesure de nous transmettre leur expérience.

Notre approche ne se limite pas qu’à une offre de voyage. Afin de nous différencier de certains opérateurs touristiques dont l’attrait financier d’un tourisme « malsain » ou « voyeuriste » est la principale motivation, nous mettons l’accent sur un encadrement pédagogique spécifique lié au voyage.

Nous avons conçu un dossier sur chaque camp de concentration ou lieu de mémoire qui fait l’objet de nos voyages. Ces destinations sont Auschwitz-Birkenau, Natzweiler-Struthof, Buchenwald et Dora, Mauthausen-Gusen et Dachau. Nous conseillons, à chaque groupe, la visite du Parcours symbolique des Territoires de la Mémoire consacré à la déportation et au système concentrationnaire nazi, et nous soumettons une liste de films liés à cette thématique. Dans certains cas, un membre de notre équipe peut accompagner le groupe en tant que soutien pédagogique sur place.

Lire la suite : « Voyages contre l’oubli » : à l’opposé d’un voyeurisme malsain, une véritable approche pédagogique

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470