am42

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

Aide mémoire 42

Editorial : La manifestation interdite à Bruxelles de Stop the Islamisation of Europe

Jamin, Jérôme
n°42, octobre-décembre 2007

am42 manif_interdite_bruxelles_islamisationLa manifestation interdite à Bruxelles de Stop the Islamisation of Europe (SIOE1) le 11 septembre dernier et le débat qui a suivi sur l’opportunité de cette interdiction dans une démocratie témoignent de la difficulté de séparer correctement le droit légitime à la critique d’une religion et l’incitation à la haine en raison de l’origine nationale ou ethnique, une incitation illégale en Belgique. Cette difficulté peut mener à deux dangers. D’un côté, elle pourrait permettre à chacun d’inciter à la haine vis-à-vis de millions de personnes au nom de la critique d’une religion - ce qui peut ressembler à du racisme déguisé si une religion est associée à un pays, une origine ou une nationalité -, de l’autre, elle pourrait justifier l’interdiction de toute critique de la religion au nom de la protection des personnes et du respect de leurs convictions et de leurs croyances, ce qui mènerait à la pesanteur du «politiquement correct». L’amalgame progressif qui est fait entre la critique de la religion, d’une part, et la diabolisation de certains individus en raison de leur religion, leur origine, leur nationalité ou leur culture, d’autre part, est une menace pour la laïcité en Belgique. Avec SIOE, est-on devant une tentative légitime pour critiquer une religion ou devant une stratégie efficace pour dissimuler en réalité le rejet du «monde arabe» et l’incitation à la haine vis-à-vis de tous ceux qui ont un lien avec le Maghreb ? La réponse à cette question se situe au niveau de la nature de leur message.

Lire la suite : Editorial : La manifestation interdite à Bruxelles de Stop the Islamisation of Europe

Résister !

Bachelet, Jean-François
n°42, octobre-décembre 2007

Il n’y a pas d’histoire sans mémoire. Pour l’homme sans mémoire n’existent que le présent, l’immédiateté. Rien ne le relie à la généalogie de l’humanité. Il est un exilé du temps qui, faute de repères et d’expérience, ne peut que cheminer en aveugle avec tous les risques d’accident ou de catastrophe que cela comporte. L’exercice de la mémoire va à contre-courant du discours dominant contemporain pour lequel le sens de l’existence réside dans la rupture et le changement permanents, et le progrès n’est qu’une fuite en avant vers des lendemains qui ne chantent que l’air de la technologie, de la consommation, de la productivité et de l’accumulation de richesses. La mémoire exerce la pensée et la réflexion. Se rappeler induit en effet que l’on compare avant avec maintenant, que l’on confronte des connaissances et des informations de nature différente, que l’on soumette son point de vue à la raison pour le changer au besoin.
Bien qu’elle n’y suffi se certainement pas à elle seule, la mémoire n’en reste pas moins une des principales conditions de la prudence intellectuelle et de la pensée critique et, partant, libre. C’est dans le livre des choses passées, vécues, expérimentées par d’autres, c’est dans la somme des connaissances que nos prédécesseurs nous ont transmises, que nous trouvons les matériaux nécessaires à l’élaboration de choix et d’actions responsables. Sans mémoire, il n’y a pas d’éthique possible, pas plus que de possibilités de progresser, sur le plan humain s’entend. Il est caractéristique des totalitarismes de pervertir, manipuler ou nier la mémoire et de remplacer les leçons de l’histoire par des histoires et des donneurs de leçons destinés à endormir les consciences et à soumettre le troupeau.

Lire la suite : Résister !

Veiller à ne pas résister…au changement constructif (Le mot du président)

Pétry, Pierre
n°42, octobre-décembre 2007

L’année prochaine, les Territoires de la Mémoire célébreront leurs 15 années d’existence, si l’on prend en compte l’année de leur fondation : 1993. Depuis cette date, tant les militants que les permanents n’ont cessé de chercher à concrétiser les objectifs de l’association. Chaque année le bilan apparaît positif si on considère la fréquence élevée des visites (jeunes essentiellement mais aussi adultes) du Parcours symbolique, des expositions ou encore de la participation significative à nos différentes activités.
Mais l’analyse doit être plus sophistiquée. Les objectifs des Territoires de la Mémoire vont bien au-delà du « seul » devoir de mémoire et placent la démarche méthodologique à l’inverse d’une logique activiste qui consisterait à proposer à nos publics de simples rappels de faits à la fois historiquement corrects et forts sur le plan émotionnel.
Les Territoires de la Mémoire annoncent clairement le but ultime commun à tous les projets développés : éduquer à la tolérance et à la résistance en alertant systématiquement les citoyens sur les dérives extrémistes et liberticides de certains mouvements ou partis. Tout dernièrement la campagne Triangle rouge n’a pas visé autre chose que de promouvoir chez le citoyen le choix et/ou le réflexe démocratique en toutes circonstances.

Lire la suite : Veiller à ne pas résister…au changement constructif (Le mot du président)

Libre haine !

n°42, octobre-décembre 2007

Un communiqué des Territoires de la Mémoire
Une librairie qui fait la propagande des idées d’extrême droite en évitant les écueils du racisme et du négationnisme peut-elle ouvrir ses portes en toute impunité dans une ville belge ? Vous pensez que la réponse est non ? Alors, vous vous trompez !
Derrière une belle façade d’un récent immeuble à l’architecture à la mode, avec en vitrine, pour aguicher les badauds, des livres luxueux sur l’Art, se cache une librairie dont le fond de commerce nous inquiète fortement. Elle a été inaugurée en juillet de cette année en plein centre historique de Liège. C’est une succursale d’une enseigne parisienne créée par Philippe Randa, pseudonyme de Philippe-André Duquesne, bien connu dans les milieux d’extrême droite par ses maisons d’éditions Dualpha et Déterna et le site de vente en ligne Librad. On y trouve des livres d’auteurs nazis comme Alfred Rosenberg, idéologue du NSDAP et son «Mythe du XXe siècle» ; vichyste comme Marcel Déat et son «Parti unique»1 et qui font l’apologie de mouvements fascistes de la Seconde Guerre mondiale comme «Les Oustachis, terroristes de l’idéal».

Lire la suite : Libre haine !

Actualité de la torture dans le monde (dossier)

Jamin, Jérôme / Recloux, Michel
n°42, octobre-décembre 2007

42 5Dans l’imaginaire collectif, la torture renvoie au passé - à l’Inquisition au Moyen-Age notamment - ou à quelques dictatures lointaines dont les chefs et leurs familles finiront tôt ou tard devant un tribunal. Dans la réalité, les choses sont très différentes. Les atrocités sont légion dans des pays alliés de l’Europe que les autorités belges ne jugent plus nécessaire de critiquer pour des raisons économiques ou stratégiques. De la RDC à la Tunisie, la Lybie, la Chine et la Russie en passant (depuis le 11 septembre) par les Etats-Unis, la torture reste aujourd’hui massivement pratiquée.

Squelette vivant en Chine (extraits issus du journal Le Monde du 15 juillet 2007).
« Un militant shanghaïen des droits de l’homme, connu pour avoir mené campagne contre les évictions forcées de résidents dans la capitale économique chinoise, est mort le 1er juillet dans un hôpital de Shanghaï des suites de mauvais traitements subis en prison. (…). Le fait qu’il ait osé emmener un diplomate du consulat américain, en février 2006, à une réunion d’activistes locaux a dû sceller son destin. Il avait été arrêté deux jours plus tard. (…). Selon sa famille, il a été torturé quelques jours après son arrestation. (…). En janvier 2007, il avait été condamné à deux ans de prison. Il avait fait appel mais la cour avait confirmé le jugement précédent. Sa famille, qui n’a été autorisée à lui rendre visite qu’une seule fois avant sa mort, en avril, a affirmé à Human Rights in China que M. Chen souffrait d’une ‘maladie chronique’, sans que l’on sache exactement de quoi il retournait. Le 29 juin, réagissant enfin à l’aggravation de l’état de santé du détenu, les responsables de la prison de Baimaoling, située dans la province de l’Anhui, où il était enfermé, avaient prévenu ses proches. Human Rights in China affirme que ces derniers ont vu un homme ‘réduit à l’état de squelette, vomissant constamment du sang et à peine conscient’. La conjugaison de ‘mauvais traitements et de passages à tabac ont été des facteurs décisifs dans sa mort’, ajoute HRIC ».

Lire la suite : Actualité de la torture dans le monde (dossier)

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470