am35

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

Aide mémoire 35

Editorial : "Dans le champ de la réflexion sur les moyens pour lutter contre l’extrême droite..."

Jamin, Jérôme
n°35, janvier-mars 2006

am35Dans le champ de la réflexion sur les moyens pour lutter contre l’extrême droite, il n’est pas rare d’entendre que cette dernière aurait changé de visage depuis quelques années, elle aurait modifié son programme et, partant, ses ambitions et ses projets politiques. Il est même courant de lire que ces prétendus changements sont tels, sur la forme et sur le fond, que l’extrême droite n’aurait finalement plus grand-chose à voir avec l’extrémisme qui a caractérisé la contestation dans les années 30 en Europe, et qui a pris une forme totalement inédite dans l’Allemagne nazie. Si cela était vrai, si ce constat tenait la route, toute tentative pour établir un lien, une analogie, un parallèle ou un «simple faisceau de convergences» entre le Front national français ou belge, le Vlaams Belang et le nazisme apparaîtrait au mieux comme un amalgame grossier et anachronique, au pire comme une analyse dépassée et expéditive qui manquerait complètement son objectif.
S’il est vrai que la plupart des partis d’extrême droite électoralement puissants en Europe aujourd’hui ne proposent pas explicitement de construire des camps de concentration et d’extermination dans leurs pays respectifs, des lieux qui caractérisent la barbarie nazie, ces partis restent extrêmement dangereux par leur capacité à orienter le ressentiment et la haine d’une grande partie de la population vers une ou plusieurs de ses minorités. Si avec le temps (60 ans), les liens humains et organisationnels ont presque tous disparu entre les fascistes d’hier et les extrémistes d’aujourd’hui, et s’il est vrai qu’ils sont plus discrets sur la «hiérarchie raciale» qu’ils vénèrent et sur la différence entre les «purs» et les «impurs», les «surhommes» et les «sous-hommes», ils défendent tous une vision ethnique et nationaliste de la société où la mixité a mauvaise presse et où le mélange entre des gens différents est hautement condamné1.

Lire la suite : Editorial : "Dans le champ de la réflexion sur les moyens pour lutter contre l’extrême droite..."

Les contradictions d’un non : regard sur une campagne référendaire

Gemenne, François
n°35, janvier-mars 2006

Six mois après l’enterrement de première classe du projet de Constitution européenne, il est permis d’espérer que les couples qui s’étaient déchirés entre le oui et le non se soient désormais réconciliés, que les différends familiaux que le referendum avait fait naître soient maintenant apaisés, et que François Hollande et Laurent Fabius se parlent à nouveau. C’est en tout cas ce qu’ils aiment à faire croire. Il est aussi, sans doute, temps de poser un autre regard sur la campagne référendaire qui agita la France au printemps dernier, loin des passions qu’elle déchaîna.
Si une attaque fut portée par le non néerlandais, et l’estocade finale par le gouvernement britannique, c’est – justement – à l’échec du referendum français que l’on attribue le coup qui fut fatal au projet de Constitution. Beaucoup de raisons ont déjà été avancées pour tenter d’expliquer cet échec : faiblesse de la campagne du oui, désintérêt pour l’Europe, peur de la Turquie, crainte des délocalisations… Toutes ces raisons renferment sans doute, chacune, une partie de l’explication. Mon but n’est pourtant pas de les discuter ici : au contraire, je voudrais m’attarder sur ce qui a fait le succès du non, plutôt que sur ce qui a causé l’échec du oui.
Une des particularités de la campagne référendaire était qu’elle n’était pas traversée par les traditionnelles lignes de démarcation entre gauche et droite, entre majorité et opposition. Au contraire, gauche et droite modérées défendaient une position commune, tandis qu’extrême gauche et extrême droite défendaient la position contraire. Alors que les tenants du oui s’efforçaient d’expliquer que leur oui commun était une position de compromis, on sentait chez les partisans du non un certain empressement à expliquer que le non “de gauche” n’avait rien à voir avec le non “de droite”. Cette réaffirmation de la dualité gauche-droite, alors même que le spectacle de sa négation était offert, avait quelque chose de profondément déroutant. Fort heureusement pour les ‘nonistes’ de tous bords, une fois dans les urnes, ces différents non étaient comptabilisés sous un seul et unique label : celui du refus.

Lire la suite : Les contradictions d’un non : regard sur une campagne référendaire

Cachez le naturel...

n°35, janvier-mars 2006

"…oui, j’ai peur de l’Islam. L’islamisation de l’Europe est effrayante (…)Il y a beaucoup d’attaques contre les Juifs d’Anvers. Elles sont invariablement perpétrées par des jeunes musulmans ou des terroristes musulmans étrangers…
C’est le 28 octobre 2005, que Filip Dewinter, député flamand et président du Vlaams Belang (ex Vlaams Blok), accordait une longue interview au magazine juif américain, «Jewish Week» (Le Soir, 24/11/2005).".
Si ces propos, dans la bouche de leur auteur, n’étonnent pas, ils sont néanmoins totalement inadmissibles. Réactions ?
Paru dans «La Libre Belgique», cet article a été mis en ligne le 10 novembre 2005 :
«Bientôt sans le sou (public) ?

Lire la suite : Cachez le naturel...

Des Bains et Thermes de la Sauvenière (Liège) à la Cité Miroir

Marchal, Philippe
n°35, janvier-mars 2006

Vendredi 16 décembre 2005, le projet MNEMA a été officiellement lancé par l’habillage et l’éclairage de la façade nord de l’ancienne piscine bien connue des Liégeois. Pour la circonstance, une grande réception a rassemblé de très nombreux sympathisants.
Pourquoi cette initiative ?
C’est d’abord un constat : au cours des cinq premières années d’ouverture des Territoires de la Mémoire, l’intérêt d’un public de plus en plus nombreux ne s’est jamais démenti démontrant ainsi la pertinence de ses objectifs et l’utilité de son existence. Aujourd’hui, avec la notoriété acquise et pour faire face à la banalisation inquiétante des idéologies haineuses en Europe et dans notre pays, il est important de faire évoluer l’association en développant son adéquation aux besoins actuels. Ce qui est proposé se diversifie, se multiplie et les questionnements sociaux ne sont plus les mêmes. L’association a amorcé une véritable politique de recherche, d’expositions temporaires, de médiations, de démarches pédagogiques novatrices (notamment en portant l’idée «Passeurs de Mémoire») et de promotion du travail de Mémoire et du devoir de connaissance. En complément au Parcours symbolique qui figure le cheminement contraint et violent des déportés dans l’enfer des camps nazis, un espace entièrement consacré à la solidarité, à ses fondements et à ses conséquences sera également présenté au public.

Lire la suite : Des Bains et Thermes de la Sauvenière (Liège) à la Cité Miroir

Extraits du discours prononcé au Parlement wallon (le mot du président)

Pétry, Pierre
n°35, janvier-mars 2006

Espace Jeunes – FMSS de Liège). Dans le cadre du 25ème anniversaire du parlementarisme, l'instance politique wallonne a décidé de mettre à l'honneur l'action citoyenne au service du travail de Mémoire. » (du MJT Passeurs de Mémoire Nous reprenons ici des extraits du discours prononcé au Parlement wallon à l'occasion de l'inauguration de l'exposition «
«... Plus que jamais, parce qu'ils nous quittent au fil des années, les témoins rescapés attendent que la jeunesse reprenne le flambeau et les assure qu'elle a retenu la leçon et que plus jamais au nom d'une quelconque idéologie, raciale, politique ou religieuse, elle ne tolérera que violence soit faite aux hommes, à leurs droits et à la démocratie...
...L'actualité nous donne d'ailleurs raison, une coalition avec le Vlaams Belang en Flandre est de plus en plus probable, elle est même de plus en plus banalisée par certains partis démocratiques... Sans doute ont-ils oublié que les nazis ont utilisé les voies démocratiques pour ensuite balayer la démocratie ? Cela se passera à quelques km d'ici. Nous le savons et l'exemple n'est malheureusement pas unique en Europe. 
...Nous ne pouvons compter que sur la jeunesse et pourtant, il y a quelques semaines, une grande inquiétude nous a étreint ... en observant les explosions de violence dans les banlieues françaises.

Lire la suite : Extraits du discours prononcé au Parlement wallon (le mot du président)

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470