am25

Centre d'éducation à la Résistance et à la Citoyenneté

Aide mémoire 25

Editorial : "Si la chute du dictateur irakien ...

Jamin, Jérôme
n°25, juillet-septembre 2003

am25"Si la chute du dictateur irakien pouvait mettre un terme à la souffrance des plus faibles, nous pourrions pragmatiquement saluer les bombes américaines, en espérant naïvement qu'elles se faufileront entre les civils et n'atteindrons que des objectifs militaires ", écrivions-nous en janvier 20031, quelques semaines avant le déluge de feu sur Bagdad. Cette question est plus que jamais d'actualité. Si un autre dictateur, un Saddam plus conciliant, un imposteur à la " Hamed Karzai2 " ou une quelconque démocratie de façade téléguidée par des militaires voit le jour en Irak, l'ensemble de cette formidable entreprise qui a tué plusieurs milliers de civils et de militaires serait une véritable catastrophe pour les Etats-Unis et leurs alliés, et surtout pour les valeurs qu'ils veulent ou prétendent vouloir défendre. Elle donnerait définitivement raison à ceux qui depuis le début marquent une opposition radicale à une intervention armée dans la région.
"Sur le plan électoral, le Vlaams Blok est simplement devenu un parti comme un autre. Ce qui veut dire qu'il peut gagner ou perdre quelques pour cent par rapport aux scrutins précédents " nous expliquait Marc Swyngedouw, quelques semaines avant les élections du 18 mai3. Ce constat clair et glacial du spécialiste du Vlaams Blok représente à la fois une bonne nouvelle qui a été confirmée par le scrutin : le Vlaams Blok semble avoir atteint ses limites électorales, il ne devrait plus progresser de façon extrêmement spectaculaire, il n'y aura plus de dimanche noir comme en novembre 1991.

Lire la suite : Editorial : "Si la chute du dictateur irakien ...

Le retour de la torture en Occident

n°25, juillet-septembre 2003

am25 retour_torture_occidentNous pourrions écrire et envoyer des milliers de lettres de protestation aux quelques dizaines de dictateurs encore en place aujourd'hui autour du globe. Des courriers qui stipuleraient, au rythme de l'énonciation des atrocités dont ils sont responsables, notre indignation et notre condamnation unilatérale de la torture. Mais pensons-nous vraiment que cela puisse changer quelque chose? Il est sans doute préférable de s'en prendre prioritairement à ceux qui risquent d'être sensibles à nos propos : les dirigeants des démocraties occidentales. C'est bien ce que William Schulz a compris lorsqu'en tant que directeur exécutif d'Amnesty International aux Etats-Unis, il s'en prend directement à l'administration Bush1.

Président George W. Bush
La Maison Blanche
1600 Pennsylvannia Avenue
Washington, DC 205000

Lire la suite : Le retour de la torture en Occident

Des nouveaux ambassadeurs de la Mémoire

Marchal, Philippe
n°25, juillet-septembre 2003

Comprendre ce que nous vivons en essayant de tirer les leçons de l'histoire n'est jamais une démarche facile. Elle est même risquée si on se laisse tenter par des amalgames, des comparaisons ou des analogies trop simplistes. Concrétiser cet indispensable lien avec notre passé, c'est pourtant ce que les participants au programme " Traces de Mémoire " ont réalisé en avril dernier.
Direction WEIMAR, une ville où l'histoire politique de l'Allemagne côtoie la Culture. Partout la présence de Goethe, Schiller, Thomas Mann… de Hitler aussi !
C'est la troisième année consécutive qu'avec un partenaire particulièrement actif, les Territoires de la Mémoire participent à un voyage sur les traces de la barbarie nazie.
30 jeunes étudiants issus de 10 établissements d'enseignement secondaire de la Communauté Française de Belgique, 10 professeurs, des responsables de la direction liégeoise et des agences de la société d'assurances P et V et une équipe de notre Centre d'Education à la Tolérance et à la Résistance les accompagnent. Pourquoi le nazisme et les camps de la mort, le devoir de Mémoire, la vigilance citoyenne, le négationnisme ? Des questions… nombreuses… auxquelles Philippe Raxhon, historien et professeur à l'Ulg, répondra au fil de ses conférences journalières.

Lire la suite : Des nouveaux ambassadeurs de la Mémoire

Les Territoires de la lecture : Amour du prochain

n°25, juillet-septembre 2003

Amour du prochain1

Qui a vu le crapaud traverser la rue ?
C'est un tout petit homme : une poupée n'est pas plus minuscule.
Il se traîne sur les genoux : il a honte on dirait.
- Non. il est rhumatisant, une jambe reste en arrière, il la ramène -
Où va-t-il ainsi ? Il sort de l'égout, pauvre clown.
Personne n'a remarqué ce crapaud dans la rue ;
Jadis, personne ne me remarquait dans la rue.
Maintenant, les enfants se moquent de mon étoile jaune.
Heureux crapaud !… Tu n'as pas d'étoile jaune.

Max Jacob

Poème écrit au camp de Drancy
Max Jacob est né en 1876. Arrêté par les Allemands le 24 février 1944, il est interné à Drancy où il meurt de congestion pulmonaire le 5 mars de la même année. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs à titre posthumes.

1 in Ménager, Yves, Paroles de déportés, Atelier, 2001, p. 24
Mots-clés : Poésie
© Les Territoires de la Mémoire- Belgique

Nationalisme et extrême droite en Pologne

Stankiewicz, Katharina / Jamin, Jérôme
n°25, juillet-septembre 2003

am25 nationalisme_extreme_droite_pologneDepuis déjà plusieurs années, la plupart des Etats-membres de l'Union européenne se sont organisés pour lutter contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie en Europe. Cette lutte a été menée tant au niveau national qu'au niveau communautaire. Sachant que la Pologne est un des prochains nouveaux membres de l'Union, jetons un regard dans ce pays sur ces questions qui n'ont pas souvent fait l'objet de travaux ou d'enquêtes journalistiques dans la littérature francophone.

Entretien avec Katharina Stankiewicz

Katharina Stankiewicz travaille à la Chaire de Science Politique du Professeur Michael Minkenberg à la European University Viadrina à Frankfurt (Oder). Elle se spécialise sur les migrations en Pologne et en Allemagne, le régime de la citoyenneté en Allemagne ainsi que le nationalisme dans ces deux pays.

Jérôme Jamin : Katharina Stankiewicz, depuis la signature du traité de Maastricht en 1992, l'Europe a représenté une question-clef dans l'agenda politique des partis nationalistes et d'extrême droite en France, mais aussi en Belgique, en Italie, en Allemagne et dans bien d'autres pays. Pouvons-nous parler d'europhobie en Pologne ?

Lire la suite : Nationalisme et extrême droite en Pologne

Rejoignez-nous !

En savoir plus...

Soutenez nos actions

Soutenez les Territoires de la Mémoire en effectuant un don via Paypal

Plan d'accès

Contactez-nous

  • Territoires de la Mémoire asbl
  • Siège social
    Boulevard de la Sauvenière, 33-35
    4000 Liège
    accueil@territoires-memoire.be
    Téléphone : 04 232 70 60
    Fax : 04 232 70 65
  • N° d'entreprise
    453099470
453099470